Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol. 11 no 4, 15 février 2019

Vol. 11 No.4 Au cœur et au-dessus de la mêlée, encyclopédie nationale

Le ton monte dans les débats, publics et privés, les sujets de l’heure sont de plus en plus chauds. Il faut parfois prendre parti. Comment entrer dans la mêlée tout en restant au-dessus d’elle? Voici dans cet esprit une série de courts articles où sont évoqués à grands traits, en lien avec l’actualité, des îlots de la culture commune nécessaire à tout dialogue. Tel est le thème principal de cette lettre, où il est aussi question dans le même esprit, de l'encyclopédie nationale.

Table des matières

Actualité

Au cœur et au-dessus de la mêlée

Écologie

Médecine

Livres

Cinéma

Les îlots de l'Agora


Appels aux dons

 Plus que jamais nous avons besoin de votre soutien, de vos dons, de votre temps, de vos conseils, de votre expertise pour rester à la fois au cœur et au-dessus de la mêlée, pour pouvoir continuer à verser de modestes honoraires à notre seul collaborateur rémunéré, pour créer des conditions viables pour une relève en voie de formation. J.D. termine en ce moment un livre intitulé Une vie à la source d’une œuvre : l’Encyclopédie de l’Agora, avec l’espoir que le passé évoqué sera perçu comme un élan vers un avenir souhaitable. Voir l’avant-propos de ce livre. 


Appel aux dons - La campagne 2018-2019

 

Pour faire un don

 

Twitter: nous avons atteint, début février, 1820 abonnés à notre compte.

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre choix de nouvelles du jour et à vous abonner à notre compte Twitter.

Merci à Stéphane Stapinsky qui accomplit cette tâche si nécessaire.


Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la Lettre

 

Dons, par Internet ou par la poste

_________________________________________________________________________________

Actualité

La Saint Valentin de Daphnis et Chloé

À ceux des adolescents qui ont connu la sexualité avant l’amour, voici l’amour avant la sexualité. Daphnis et Chloé souffraient d’un mal délicieux mystérieusement lié à la beauté de l’autre. Quel est donc le remède à un tel mal? Guidé en cela par une femme sage,tout berger qu’il était, Daphnis n’imita pas le bouc. Mais comment, me direz-vous, une femme peut-elle éduquer un jeune homme impétueux? C’est sans doute la raison pour laquelle, dans le plus ancien des grands récits mythiques, Gilgamesh, l’éducation sentimentale du sauvage Enkidu est confiée à une femme mûre envoyée par les dieux. Le mythe au secours de la raison! À quoi feront écho Chagall, Ravel, Dutoit…

Une encyclopédie nationale sans l'accord de la nation?, par les amis de l'Agora

Le Devoir du 24 janvier nous apprenait qu’une «encyclopédie nationale» se développe au Québec sous la forme « d’une alliance non fortuite » à Wikipédia de grandes institutions dont le MNAQ, la BANQ, l’Université Concordia. Une encyclopédie québécoise existe pourtant déjà, sous la forme d’un grand nombre d’éléments épars, dont Encyclobec, consacrée aux régions du Québec, les sites Érudit, Les classiques des sciences sociales, l’Île. L’Assemblé nationale chapeaute cette oeuvre par son Encyclopédie du parlementarisme. Il faut l’achever. C’est à cela que doivent d’abord servir les fonds publics. À l’égard de la toute puissance et de l’omniprésence du tandem Google/Wikipedia, une distance critique s’impose. L’Encyclopédie de l’Agora, une initiative privée, est hors de cause, mais nous pensons que notre expérience nous permet de jouer un rôle utile dans ce débat.

Assemblée générale de La société des amis de l’Encyclopédie de l’Agora 2019

Nous voulons assurer la pérennité de notre œuvre sans renoncer à une liberté qui limite notre représentativité et notre expansion, mais rend possibles une cohérence et un discernement devenant de plus en plus nécessaires au fur et à mesure que l’information prolifère en se diversifiant. Notre assemblée générale annuelle aura lieu le 13 avril 2019. Nous invitions tous nos lecteurs et amis à y participer qu’ils soient ou non formellement membres de la société. Lieu: Salon Lucien Vachon de l'église Ste-Èlisabeth de North Hatley, le 13 avril 2019; de 11h. à 16h. . Il y sera question de la pérennité et de la relève. Suivre ce lien pour des renseignements plus précis. Un repas sera servi sur place.

La face cachée de Wikipedia, par Jacques Dufresne

Au cours des quinze dernières années, j’ai écrit plusieurs articles et prononcé quelques conférences sur cette question. Marc Foglia, auteur de Wikipédia, Média de la connaissance démocratique, a aussi publié un article de fond sur notre site.

 Les nouveaux États généraux du président-roi Emmanuel, par Marc Chevrier

Il est d’ailleurs frappant que le président Macron ait annoncé la tenue d’un grand débat national de la même manière que Louis XVI a réuni les États généraux : par une lettre. Les similarités entre le Grand Débat et les États généraux ne s’arrêtent pas à cet élément de forme. Dans les deux cas, leur convocation est motivée par la nécessité de sortir le pays de la crise, face à la fronde venant des plus humbles. De même, les deux forums servent à traiter de la charge fiscale, source de mécontentement.

Alexandre Bissonnette : un vide immense que remplit la haine, par Stéphane Stapinsky

Robert Musil, dans L'homme sans qualités, parlait, à propos du personnage principal de l’oeuvre, d'une « multitude de possibilités privée de centre » (je cite de mémoire). Cette image m’est revenue en tête à la lecture du jugement relatif à la sentence d’Alexandre Bissonnette, le tueur de la mosquée de Québec. En parcourant le document, je découvrais non seulement le portrait d’un terroriste motivé par l’islamophobie et le racisme le plus effrayants mais aussi celui d’un personnage trouble, d’un être privé de centre existentiel et habité par un ressentiment qui ne laissait place, pour remplir le vide abyssal au fond de lui, qu’à une multitude de sources de haine.

Au cœur et au-dessus de la mêlée

Les sources sous influence, par Jacques Dufresne

Les milliards de George Soros, tirés des hedge funds, servent au financement de HRW (Human Rights Watch) et de la gauche américaine en général. Sont-ils plus purs moralement que ceux que les frères Koch tirent du charbon pour financer la droite? Les rapports haineux entre la gauche et la droite ne s’expliquent-ils pas par des stéréotypes assénés de part et d’autre à coups de milliards, en lieu et d’une pensée que la contracdiction nourrirait plutôt que de la choquer ?

Silence, on coule, par Daniel Laguitton

Ce silence est celui qu’impose le confort intellectuel quand le Titanic coule. Le bal doit suivre son cours. Éric Fromm :  «L’affaiblissement de notre instinct de survie a encore une autre explication : c’est que les changements de vie indispensables seraient si rigoureux que les gens préfèrent la future catastrophe aux sacrifices qu’ils devraient consentir dès maintenant »: Sortir de la caverne, échapper à l'idéologie, Daniel Laguitton voit dans la formule « to think out of the box », «penser hors de la boîte », une bonne synthèse de ces appels à la pensée libre.

Colère et idéologie, par Jacques Dufresne

Dans divers débats du moment, ceux notamment qui se poursuivent au sujet du populisme autour de l’écrivain français Michel Houellebecq, ou au sujet du genre autour du psychologue canadien Jordan Peterson, le reproche de sombrer dans l’idéologie revient constamment de part et d’autre. Qu’est-ce donc que l’idéologie ? Ce mot a donné lieu à tant de définitions, il est employé dans tant de sens et de contextes différents qu’on éprouve constamment le besoin d’en reprendre possession en tentant de le clarifier pour son propre compte hic et nunc.

L’information et la vie, par Jacques Dufresne

Premier sens du verbe informer.: donner forme, âme, vie à une matière, un corps ou un mot. Deuxième sens : transmettre des connaissances. Troisième sens : maîtriser les codes assurant la transmission. Le premier sens n’a-t-il pas été sacrifié aux deux autres, au dernier surtout ? Si les mots  sont devenus des balles de caoutchouc tirés sur la bande ennemie, ne serait-ce pas parce qu’ils n’ont plus d’âme ? « Dans la linguistique structurale moderne, les mots n'ont pas de sens intime, car aucun d'entre eux n'échappe au destin que lui assigne l'analyse: être réduit à une unité quasi mathématique... Faut-il s'étonner qu'il y ait une crise de confiance, puisque nous n'osons plus nous abandonner aux mots en tant que porteurs de sens! Le langage est frappé d'une véritable phobie du sens1.» James Hillman

La décence ordinaire malgré tout, par Pierre-Jean Dessertine

Nous voulons ici réaffirmer l’existence d’une « décence ordinaire », en répondant aux principaux arguments de Frédéric Lordon qui, dans Impasse Michéa, s’est employé à la disqualifier à travers la critique de la pensée de Jean-Claude Michéa.  La « décence ordinaire », qui est la traduction de l’expression common decency  créée par George Orwell[1], désigne l’ensemble des règles de comportement vertueux que pratiquent spontanément dans la vie quotidienne les gens ordinaires afin de rendre la vie sociale plus confiante.

Grégarisme, vrai nom du populisme, par Jacques Dufresne

Le peuple s'exprimait, et sa voix est encore recueillie par les érudits, les ethnographes et les patriotes. Mais la masse, dans notre univers de diffusion et de circulation massives, est la cible au lieu d'être la flèche. Elle est l'oreille, non la voix. Points de vue de Daniel Boorstin, Jose Ortega y Gasset, Henri de Man, Christopher Lasch, Chantal Delsol.

La masse et la grégarisation, par Henri de Man

Un chapitre de L’Ère des masses de Henri de Man

Déclin, décadence, effondrement, civilisation, par Jacques Dufresne

Ces grandes questions, de nouveau à l’ordre du jour, peuvent soulever des controverses haineuses que pourrait apaiser une culture commune sur le sujet. Voici quelques éléments d’une telle culture rassemblés à partir de l’actualité. Diamond, Spengler, Saudray, Houellebecq, Onfray.

Philosophie de l’histoire, par Maurice Lagueux

L'histoire n'est manifestement ni une marche en avant parfaitement continue, ni un inlassable retour au même. Dans les temps modernes, on verra apparaître, à côté des conceptions purement linéaires comme celle de Condorcet ou purement cycliques comme celle de Spengler, des conceptions comme celles de Saint-Simon et d'Auguste Comte où une perception cyclique des événements vient se greffer sur une conception linéaire de la temporalité historique.»

Le néo conformisme (dernier numéro du magazine L’Inconvénient), par Jacques Dufresne

«Le nouvel anticonformisme conformiste a ainsi pour lui de donner l’illusion d’être hors norme à tous ceux qui en suivent les commandements à la lettre.[…] Ils peuvent se sentir rebelles et contestataires lorsqu’ils dénoncent l’homophobie, la misogynie, le racisme, etc., alors même que ces dénonciations font largement consensus et que les autorités publiques de leurs pays respectifs les dénoncent en chœur avec eux.» On est toujours en retard d’une indignation.

Le choc des avenirs: celui des libertés et celui de la vie

L’Occident pourra-t-il assurer le double leadership de la défense des libertés dans l’humanité et de la défense de la vie sur la Terre ?

Conserver pour progresser, par Louis Cornellier

Louis Cornellier, dans Présence info, à propos du dernier livre de F.X. Bellamy: Demeure, pour échapper à l’ère du mouvement perpétuel (Grasset, 2018). « Pendant des décennies, les choses, croyait-on, étaient claires : la gauche se réclamait du progressisme et la droite était assimilée au conservatisme ». Aujourd’hui, elles se brouillent. Et, avec l'éclairage que lui apportent l’oeuvre de Bellamy et  celle du cinéaste Bernard Émond, Cornellier découvre qu’il est « un conservateur de gauche. »

Une nouvelle convergence en faveur de la liberté d’expression, par Stéphane Stapinsky

Vers 2010, une nouvelle offensive tous azimuts du politiquement correct a débuté, portée par la gauche postmoderne. Nul doute que cette offensive est l'une des causes de l'essor du populisme et du trumpisme. Cependant, depuis quatre ou cinq ans, un tournant majeur est survenu. L'opposition au politiquement correct est dorénavant menée avec une vigueur renouvelée et une efficacité bien plus grande, dans plusieurs pays du monde, par un nouveau réseau d'acteurs. Cette opposition réunit des intellectuels de tendances fort variées, à gauche comme à droite et au centre, tous soucieux de défendre la liberté d’expression, et dont les perspectives divergent fréquemment sur d’autres enjeux.

Mettre en échec le politiquement correct - L'expérience de la revue australienne Quillette, par Stéphane Stapinsky

La création, en 2015, de la revue australienne Quillette -- un beau mot français évoquant les « brins d’osier qu’on enfonce en terre pour qu’ils prennent racine » -- , qui trouve sa source dans la passion du savoir et le goût de la pensée d’une personne, et s’établit en marge des circuits officiels, n’est pas sans rappeler celle de l’Agora. Constatant les limites de plus en plus grandes imposées à la liberté d’expression, l’inspiratrice du projet, Claire Lehmann, une jeune femme éblouissante de 33 ans, a eu l’ambition de créer un lieu où les universitaires et les journalistes pourraient faire connaître leurs idées, y compris celles qui sont les moins à la mode. Quatre ans plus tard, force est de constater que c’est une réussite. 

Écologie

Vigneault et l’écologie québécoise : une œuvre salvatrice, par George-Rémy Fortin

À partir des années 1990, et jusqu’à son album de 2014, Vivre debout, les prises de position environnementalistes de Vigneault deviennent de plus en plus explicites, véhémentes, et de plus en plus fréquentes. Les chansons J’ai mal à la terre, Au jardin de mon père (1996), Lucas l’écolo (2008), L’inventaire ou Uranium (2014) sont emblématiques de cette tendance.

La Terre est bleue comme une orange (Éluard), par Stéphane Stapinsky

En décembre dernier, on commémorait les 50 ans du vol lunaire d’Apollo 8. C’est lors de cette mission spatiale que l’astronaute Bill Anders prit la photo du lever de Terre, l’une des plus célèbres du XXe siècle. Ce cliché est devenu par la suite un symbole pour la lutte environnementale. Évocation d’une rencontre paradoxale entre l’homme-machine tout-puissant et la Vie à préserver, dans toute sa fragilité.

Médecine

Médecine et médicament, par Pierre Biron

La triste histoire de la médecine et du médicament est une suite de deux pas en avant et un pas en arrière, ce qui est vanté maintenant sera demain jugé inefficace, dangereux voire barbare. Ce phénomène est répétitif, la médecine invalide ses propres traitements. Les renversements de directives (guideline reversals) sont fréquents et la surmédicalisation est nourrie par des intérêts particuliers utilisant des promotions trompeuses. Les meilleurs exemples viennent de la psychiatrie, la prévention cardiovasculaire et l’oncologie terminale. Cette histoire regorge de faux espoirs que l’on finit par abandonner trop tard après que le mal est fait. Voici l’exemple de deux produits mal évalués :

Une histoire antidiarrhéique paralysante et aveuglante, celle du clioquinol

Une histoire de phocomélie au thalimonide

Livres

Hommage À un éditeur, Giovanni Calabrese, par Hélène Laberge

Giovanni Calabrese a été le fondateur et le directeur des éditions Liber (1990-2018). Il vient de publier Hommage DE l'éditeur, cinq essais remarquables qu'il a réunis et présentés L’Encyclopédie et la Lettre de l’Agora ajoutent leur propre hommage à cet éditeur émérite : une reconnaissance de la culture profonde qui présidait à ses choix, sa constante attention à l’actualité permettant la découverte de nouveaux écrivains de tous les âges et de toutes les provenances, éparpillés dans les divers secteurs culturels et éducatifs ainsi que sa rigoureuse gestion de sa maison d’édition par-delà les contraintes de l’édition et du marché du livre.

 

Art populaire. Une histoire des débuts de François Tremblay, par Hélène Laberge

 Dans ce livre d'art exceptionnel, c'est un équilibre entre le contexte ethno-historique et les œuvres plus achevées que F.T. a visé et merveilleusement réussi. Il a opté pour le mot art populaire plus englobant que celui d'art naïf. Comment ne pas lui donner raison? Car si certains peintres nous séduisent par leur naïveté et une méconnaissance des lois de la perspective, ou plutôt par une réinterprétation de ces lois, d'autres nous impressionnent par leur imagination fertile au-delà de la naïveté. C'est par excellence le cas du peintre français Henri Rousseau.

Nouvelle parution : Le procès de Louis Allain. Un Acadien oublié, 1685-1737, par Pierre Biron

Nous avons déjà publié, dans une précédente Lettre, cette biographie du docteur Biron. Elle est maintenant disponible  sous forme de livre numérique révisé et illustré disponible gratuitement sur demande auprès de biron.pierre@videotron.ca ou suzancaissy@gmail.com. Une gracieuseté des Éditions Pierre Biron enr. et de la Société acadienne Port-Royal.

Cinéma

Philosopher à travers le cinéma québécois, Xavier Dolan, Denis Côté, Stéphane Lafleur et autres cinéastes. Compte rendu de Yves Lever

En 2017, Alexandre Fradet soutient en France une thèse intitulée L'apport philosophique du sens commun: Bergson, Cavell, Deleuze et le renouveau du cinéma québécois. Dans Philosopher à travers le cinéma québécois…, publié chez Hermann en 2018, il offre le «second lieu» de cettte thèse, remanié et écourté. Il tente d’y établir comment certains films québécois construisent par leurs propres ressources une pensée philosophique. Il s’agit, pour être plus exact, d’explorer le potentiel conceptuel et réflexif du cinéma québécois et, à partir des possibilités qu’il fraye d’un point de vue thématique ou formel, de voir comment il engage une expérience de la pensée chez nous, spectateurs des salles obscures.

Nouvelle parution : La Sagesse du septième art. Répondre aux grandes questions avec le cinéma anglo-saxon, par Jean-Philippe Costes

Par l’auteur du Dictionnaire critique du cinéma anglo-saxon (accessible en ligne sur Homo Vivens). « Qui est Dieu ? Quelle est l’origine du mal ? La vie a-t-elle un sens ? Qu’est-ce que le progrès ou l’aventure ? La réussite est-elle aussi enviable que nous l’imaginons ? Quel est le véritable visage du jeu ? Que signifie être libre ? Charles Chaplin, Steven Spielberg, Martin Scorsese, David Lean, George Stevens et vingt-cinq autres géants du cinéma anglo-saxon répondent aux grandes questions que vous vous posez.  (…) Que leurs points de vue relèvent du profane ou du sacré, ils vous enseigneront à travers leurs films révélateurs des vices comme des vertus de l’homme une vérité trop souvent ignorée : le septième art est un formidable outil pédagogique pour quiconque ambitionne de s’initier à la sagesse.» (présentation sur le site de l’éditeur)

Les îlots de l'Agora

Ilot Louis Valcke, par Stéphane Stapinsky

Consacré à ce grand spécialiste de la philosophie de la Renaissance et en particulier de la pensée de l'humaniste Pic de la Mirandole : de nouveaux documents y sont ajoutés régulièrement.

Ilot Lucien Vachon, par Stéphane Stapinsky

Cet îlot traite de la carrière et des idées d'une figure marquante de notre vie intellectuelle. Il s'agit de Lucien Vachon, théologien réputé, premier doyen de la Faculté de théologie de l'Université de Sherbrooke, qu'il a dirigée durant plus de vingt ans. Du contenu y est ajouté en permanence.

 

Appel aux dons

 

 ____________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada