Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol. 11 no 3, 20 décembre 2018

Vol. 11 No 3 Noël, France, climat, migration sensorielle, excès, talkshows

Chers amis, chers lecteurs,

Si dans la réalité pour les uns, dans une légende inspirée pour les autres, le Dieu tout-puissant est devenu un enfant tout faible pour se rapprocher des hommes et de la terre, peut-être est-il permis d’espérer que les hommes dieux sauront imposer une limite à leur désir de puissance pour se rapprocher à leur tour de la terre et des hommes ordinaires. Notre lettre gravite autour de cette sollicitude. Nous avons invité des poètes à se joindre à nous pour ce numéro de Noël. Valéry : « voir clair c’est voir noir ». Si nos poètes voient noir, leur nuit est lumineuse, comme en témoignent ces mots d’amour cueillis dans le recueil de Mario Pelletier, Le souffle de l’apocalypse:

« Si tout cela n’avait été que pour/ toi devant moi apparue/ enfin/ un soir de feuilles fanées » […]

« Toi dont tous les gestes sont danses/toi dont le regard balaie toute obscurité/toi qui pleures la mort d’un arbre/et crains le poids d’un grêlon sur une fleur/toi qui nourris des amitiés dans l’invisible/toi qui entretiens des alliances avec l’au-delà »   

J.D.

Appel aux dons

De nombreux bénévoles participent à cette Lettre. Complétez leur générosité par un don. Sur les sites commerciaux, le téléchargement de plusieurs de nos documents pourrait coûter jusqu’à 20 $ pièce. Nous vous en offrons plus d'une vingtaine dans cette Lettre, dans un ensemble cohérent qui ajoute à leur sens.

Table des matières

Actualité

Noël

L'homme et la terre

Grandes questions

Littérature

Les îlots de l'Agora


Appel aux dons - La campagne 2018-2019

 

Pour faire un don

 

Twitter: nous avons atteint, à la mi-décembre, les 1795 abonnés à notre compte.

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre choix de nouvelles du jour et à vous abonner à notre compte Twitter.

Merci à Stéphane Stapinsky qui accomplit cette tâche si nécessaire.


Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la Lettre

 

Dons, par Internet ou par la poste

__________________________________________________________________________________ 

Actualité

Haine rouge et peur blanche, par Nicole Morgan

Comment cinquante ans de pilonnage intellectuel systématique ont préparé le terrain américain pour qu'un Donald Trump puisse accéder à la présidence. Voici des précisions étonnantes sur les talkshows, Fox News et les procédés des frères Koch pour diffuser les idéés d'Ayn Rand dans les universités.

La Déclaration de Montréal sur l’IA, par Jacques Dufresne

Premier principe. « Le développement et l’utilisation des systèmes d’intelligence artificielle (SIA) doivent permettre d’accroître le bien-être de tous les êtres sensibles. »  Les animaux sont pris en compte,  L’ensemble est rassurant, y compris les précisions sur la méthode suivie. Tout y est. Sauf l'essentiel.

La plus haute inspiration de Bernard Landry, par Jacques Dufresne

Bernard Landry, ancien Premier ministre du Québec, est mort le 6 novembre 2018. Il me faudra encore des semaines de travail pour terminer un article de fond à son sujet. En attendant, je veux me joindre, par ce bref témoignage, à ceux et celles qui lui ont  rendu hommage à l’occasion de ses funérailles d’État du 13 novembre 2018.

Revue de presse - Transports électriques et autonomes (automne 2018), par Robert Mailhot

Andrée Mathieu a assuré elle-même sa succession en tant que représentante de la science dans nos pages. Elle nous parlait souvent de son ami Robert Mailhot qui fut aussi son confrère en classe de physique à l'Université Laval. Le voici avec nous. Sa passion? L’environnement. Formation en physique, carrière en météorologie, il s’intéresse entre autres choses aux enjeux scientifiques, technologiques, politiques, environnementaux et sociaux reliés aux changements climatiques. Son approche? Des nouvelles commentées de façon vivante et des articles dont le but sera d’informer, de vulgariser et de favoriser la réflexion.

Les Gilets jaunes

La France jaune : contre la méritocratie?, par Jacques Dufresne

« Les élites de nos grandes villes, disait Christopher Lasch en 1995, ont plus d’affinités avec leurs homologues des autres métropoles du monde qu’avec le commun des mortels de leur nation.[…] La méritocratie dont ils se réclament, ajoutait Lasch, a des effets pervers pires que ceux de l’aristocratie ». Le « bobo » qui a réussi peut très bien croire qu’il ne doit rien aux «ploucs», tandis que monsieur le duc pouvait difficilement oublier qu’il devait sa nourriture à ses paysans.

Entre Paris et la « Province ». Les impasses de la quasi-légitimité, de Louis-Philippe d’Orléans à Emmanuel Macron, par Marc Chevrier

On a fait des parallèles nombreux entre Emmanuel Macron et Louis-Philippe 1er, ce roi bourgeois chassé du pouvoir en 1848. Or, s’appuyant sur les écrits de l’historien italien Guglielmo Ferrero, l’auteur soutient qu’il existe, par-delà les similitudes entre les deux hommes, d’étranges parentés de structure entre le régime de la monarchie de Juillet et celui de la Ve république, qui tentent chacun de faire vivre ensemble deux principes de légitimité très différents, mais sans parvenir à répondre entièrement ni à l’un, ni à l’autre. 

Dans nos archives : Marc Chevrier, Le référendum, ce mal aimé. Petite apologie de la démocratie directe

Le référendum d'initiative citoyenne (RIC) est l'une des revendications publiques des Gilets Jaunes dont on parle le plus. Il suscite craintes chez les uns, espoir d'une vie démocratique renouvelée chez les autres. Il nous a paru opportun de reproduire ici une réflexion du politologue Marc Chevrier publiée à l'époque du référendum québécois de 1995. Le propos de l'auteur, ainsi qu'en témoigne cet extrait, va bien au-delà de cet événement singulier : « Une façon de rééquilibrer notre système politique, de manière à donner au peuple un pouvoir de contrôle réel sur les décisions des gouvernants, serait de lui faire prendre part au gouvernement par le référendum et l'initiative. C'est une avenue que tous les démocrates devraient prendre la peine d'étudier. Assurément, les oligarques de notre Monde abhorreraient cette idée.» 

La francophonie canadienne

Grève du zèle linguistique au fédéral, par François Charbonneau

François Charbonneau, professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’université d’Ottawa,invite tous les employés de langue française dans l'Administration fédérale à se prévaloir de leur droit de travailler en français dans toutes les communications avec leurs collègues et leur employeur. C'est la grève du zèle linguistique. 

L’enfance d’un peuple : quand Lucien Bouchard se souvient d’Henri Bourassa, par Jacques Dufresne

En marge du débat sur la francophonie canadienne. Est-ce une pure coïncidence ? Aux funérailles de Bernard Landry, le 13 novembre 2018, Lucien Bouchard a fait allusion à un discours d’Henri Bourassa prononcé en 1910, à l’occasion du Congrès eucharistique mondial, en réplique à une thèse soutenue par l’archevêque de Westminster, Mgr Francis Bourne, selon laquelle, pour convertir les immigrants, l’Église catholique de tout le Canada devrait faire de l’anglais sa langue d’usage. Quel est le poids et le sens de ce passé dans le contexte actuel?

Le Nénuphar, magazine francophone du Manitoba

https://www.magazinelenenuphar.com/manitoba-en-couleur

Il a été fondé en 2017 par Jacinthe Blais, une mère de deux enfants qui, à la fin de la décennie 1970 a marqué la préhistoire d’Internet au Québec en créant à Montréal le premier babillard électronique francophone, En explorant son site, on reconnaît tout de suite sa longue expérience en infographie…et son attachement à la langue française. Occasion de découvrir le poète Charles Leblanc. Emmanuelle Rigaud lit des extraits de son dernier recueil, Soubresauts.

https://www.magazinelenenuphar.com/au-plaisir-de-lire-2018-12

Noël

Noël et le tourisme spatial, par Jacques Dufresne

Entre le «Dieu fait homme qui descendit jusqu’à nous» et l’homme dieu qui monte au ciel sans nous, l’écart se creuse dangereusement en faveur du second. Il se creuse aussi en le 1% et le 99%. Danger! Noël, fête de l'Incarnation! Fuir la terre en fusée vers des astres morts n'est-ce pas la désincarnation suprême?

Les larmes du Père Noël, par Nicole Morgan

Un conte sur le pourquoi secret et sacré des cadeaux.

Musique de Noël (article mis à jour), par Stéphane Stapinsky

Le temps des Fêtes est une période féconde pour l’industrie musicale. À chaque année, sont réédités, pour l’occasion, les « classiques », profanes ou religieux. Les vedettes du moment nous proposent aussi leur répertoire choisi de Noël, pas toujours avec grand succès (ou du meilleur goût) d’ailleurs. Pop, rock, « world music », jazz, country, blues, classique « léger »: tous les genres sont représentés. L’accent, la plupart du temps, est mis sur l’aspect festif de la période qui marque la fin d’une année et le début d’une autre. Mais la musique, en ce temps de l’année, peut prendre un sens plus profond. Cet article en témoigne.

Le Noël des animaux, par Raoul Ponchon

L'homme et la terre

Le Pacte : de Frédéric Back à Dominic Champagne, par Jacques Dufresne

Bien des Québécois rêvent d’un grand projet collectif. En voici un, bien évoqué dans ce passage du Pacte : « Des changements profonds, sages et intelligents, de nos façons de vivre permettront de soutenir une meilleure qualité de vie ET de maintenir la création d’emplois. […] En plus de correspondre aux grandes nécessités du moment, ce projet s’inscrit dans notre histoire, celle de nos sciences, de nos arts et de nos lettres comme celle de nos mœurs. Nos sciences : de Michel Sarrazin à Marie-Victorin, à Pierre Dansereau, à René Pomerleau, nos premiers et nos plus grands hommes de science étaient des botanistes. Nos arts : D.Champagne, héritier de F. Back et de C. Gagnon?

L'humanité du monde d'après, par Pierre-Jean Dessertine

Malgré l'urgence absolue requise par l'état de la planète, la transition écologique ne s'enclenche pas, se désole avec bien d'autres M. Hulot. La raison en est simple : les décisions publiques sont prises en fonction des valeurs dominantes dans la société. Seul un retournement des valeurs permettra de répondre à la crise écologique planétaire actuelle.

Ciel vide, par Daniel Laguitton

Quelques instants devant une vitre givrée pour y contempler les constellations de Taj Mahals miniatures que les nuits d’hiver y déposent et dont les fresques cristallines dépassent en raffinement la symétrie des mosaïques islamiques et la splendeur des voûtes byzantines. Au moindre souffle tiède, ces joyaux éphémères s’effondrent comme les quartiers de nos villes quand y transite la tornade.

Carnac; Saint-Malo; Dolomieu : trois poèmes, par Monique Brunet-Weinmann

Plusieurs suites poétiques de Monique Brunet-Weinmann ont été publiées dans les revues Liberté, Arcade, Trois, etc. Dans le cadre des émissions L’Atelier des Inédits et Alternances, cinq suites ont été lues sur les ondes de Radio-Canada, par les artistes Dyne Mousso, Andrée Lachapelle et Françoise Faucher.

J'ai toujours vibré à la poésie de Victor Hugo, par Yves Allaire

Yves Allaire est auteur-poète, acteur, animateur et metteur en scène. En 2007, il crée le spectacle poétique Les mots du silence de mon père. À Radio Ville-Marie pendant sept ans, il conçoit, anime et réalise Vivante poésie, émission hebdomadaire unique en son genre. De 2008 à 2011, il conçoit et anime La poésie par Cœur au Centre d’arts Orford.

Grandes questions

La migration sensorielle du monde réel au monde numérique, par Chantal Lapointe

Nos enfants passent le tiers de leur temps devant un écran. Cela soulève une question à la fois d’une importance terrifiante et d’une simplicité désarmante. Elle se ramène en effet à ceci : vaut-il mieux pour un enfant courir sur une vraie plage plutôt que de regarder un robot courir dans un jeu vidéo ? Voici une réponse fondée sur une étude de la perception. Le réel n’est-il pas devenu par rapport au virtuel ce qu’était le transcendant par rapport au réel ?

Comme une consécration de l’excès, par Pierre-Jean Dessertine

La crise écologique et politique qui se noue aujourd'hui laisse pressentir combien est décisive la licence laissée ou non aux comportements d'excès. Il est donc important de clarifier les enjeux de la lutte permanente entre la propension humaine à l'excès et la bienséance commune des peuples.

Épitaphe de l’homme sans vocation, par Pierre-Jean Dessertine

L'idéal contemporain d'une flexbilité sans retenue des individus sur le marché de l'emploi est-il viable ? Ne se heurte-t-il pas à une exigence massive de sens, dans leur engagement social, de la part des citoyens ? N'est-il pas pertinent de réhabiliter la notion de vocation pour faire du dépassement de cette contradiction majeure de notre temps un espoir ?

Littérature

Le réalisme de Gabrielle Roy, entre la détresse et l’enchantement, par Maxime Huot Couture

Gabrielle Roy est sans contredit l’une des figures littéraires les plus marquantes du Canada français. Sa contribution au roman, et plus précisément au roman de mœurs, est bien connue à travers des ouvrages comme Bonheur d’occasion (1945), La petite poule d’eau (1950) ou Rue Deschambault (1955). Son œuvre a finalement été couronnée par une autobiographie, inachevée et publiée de façon posthume, initialement en deux volumes : La détresse et l’enchantement et Le temps qui m’a manqué. Alors que le théâtre québécois a tout récemment fait revivre ce récit personnel, il est opportun de nous poser la question des raisons de l’actualité de la romancière manitobaine et de la force de son œuvre. C’est à cette réflexion que nous voulons contribuer ici, principalement à partir des textes autobiographiques.

Le souffle de l'apocalypse, par Mario Pelletier. Une recension de Hélène Laberge

Nonobstant un titre qui évoque une fin du monde, ou du moins la fin d’un monde, ces poèmes sont d’abord un recueil au sens littéral du mot.

Les îlots de l'Agora

Ilot Louis Valcke, par Stéphane Stapinsky

Consacré à ce grand spécialiste de la philosophie de la Renaissance et en particulier de la pensée de l'humaniste Pic de la Mirandole : de nouveaux documents y sont ajoutés régulièrement.

Ilot Lucien Vachon, par Stéphane Stapinsky

Cet îlot traite de la carrière et des idées d'une figure marquante de notre vie intellectuelle. Il s'agit de Lucien Vachon, théologien réputé, premier doyen de la Faculté de théologie de l'Université de Sherbrooke, qu'il a dirigée durant plus de vingt ans. Du contenu y est ajouté en permanence.

 

Appel aux dons

 

 ____________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada