Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol. 10 no 3, 21 décembre 2017

Vol. 10 No 3 Des voeux, des dons, de la philanthropie, de l’art

 

Dons

Joyeux Noël! Vous faites notre bonheur en étant si nombreux, autour de 10,000, à nous lire chaque mois, si nombreux aussi à inciter vos amis à s’abonner à notre lettre, à découvrir nos sites, à comprendre le sens de nos écrits…et de leur gratuitéNos objectifs

Les samedis de l'Agora à Magog

Rencontres régulières entre les générations avec Jacques Dufresne et divers autres collaborateurs de L’Encyclopédie de L’Agora (créée en 1998) et de la Lettre de L’Agora (lancée en 2006) : Andrée Mathieu, Dominique Collin, Youri Pinard...

Endroit : L’Auberge de jeunesse, 111 rue Merry à Magog. À l’initiative de Michel Lamontagne grâce à qui cette magnifique Auberge a vu le jour. Précisions

Table des matières

 

Appel aux dons - La campagne 2017-2018

Célébration

Actualités

Des voeux et du sacrifice

Art

Don

Philanthropie

Livres

Les îlots de l'Agora


 

Appel aux dons - La campagne 2017-2018

 

Pour faire un don 

Twitter: nous avons atteint, début décembre, les 1450 abonnés à notre compte. Objectif pour janvier 2018 : 1500 abonnés.

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre choix de nouvelles du jour et à vous abonner à notre compte Twitter.

Merci à Stéphane Stapinsky qui accomplit cette tâche si nécessaire.


Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la Lettre

De nombreux bénévoles participent à cette Lettre. Complétez leur générosité par un don. Sur les sites commerciaux, le téléchargement de plusieurs de nos documents pourrait coûter jusqu’à 20 $ pièce. Nous vous en offrons plus d'une vingtaine dans cette Lettre, dans un ensemble cohérent qui ajoute à leur sens.

Dons, par Internet ou par la poste

________________________________________________________________________________________________ 

Célébration

Le Noël d'une apatride à Vienne, par Nicole Morgan

« Guten Jahre! » murmura Doris.« Danke » répondis-je en éclatant en sanglots. Mes larmes de glace avaient fondu.Ainsi finit une année où je pensais avoir tout perdu - avec la gentillesse des étrangers que le hasard met sur notre route, avec une main compatissante tendue pour vous aider à franchir le gouffre apparemment infranchissable, avec la redécouverte du courant universel qui nous ramène à nos origines, avec cet espoir d'appartenance qui nous rend humain et nous remplit du désir de rendre ce qui nous a été donné..

Un Noël en musique, par Stéphane Stapinsky

Choix d'oeuvres musicales pour le temps de l'Avent et la période de Noël. Du chant grégorien à la musique du XXe siècle.

Un conte de Noël de Charles Dickens, par Éric Volant (Encyclopédie sur la mort)

Pendant la veillée de Noël, Ebenezer Scrooge reçoit la visite du fantôme de son partenaire décédé, Jacob Marley. Celui-ci essaie de convaincre Scrooge d'éviter son propre misérable destin de porter des lourdes chaînes comme châtiment de son indifférence à l'égard des autres. Les fantômes des Noêls passé, présent et futur réussissent à montrer à Scrooge son avarice. Le matin de Noël retrouve Scrooge en train d’envoyer une dinde bien grasse à la famille de son employé Bob Cratchit qui a un fils handicapé Tiny Tim. Scrooge se révèle ainsi être un homme bon.

Le Noël de l’Agora

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Actualités

Le début d'un temps nouveau, par Daniel Laguitton

La montée de l’anti-establishment : et après? Résumé d’une conférence récente de Robert Reich, secrétaire au Travail des États-Unis de 1992 à 1997 sous l’administration Clinton.

Hommes, femmes, abstraction, incarnation, intelligence artificielle, par Jacques Dufresne

Le second Samedi de l’Agora eut lieu le 16 décembre. La causerie de Jacques Dufresne portait sur l’IA et le transhumanisme. Elle fut suivie d’un dialogue auquel plusieurs femmes participèrent. La question du rôle des femmes dans le passé et le présent de l’ordinateur, et par suite de l’IA et de la robotisation, s’est posée.

Quand des victimes ravagées font des ravages, par Yves Allaire

Réflexion à partir d'un cas de harcèlement sexuel survenu il y a plusieurs décennies dans un collège des Servites de Marie au Québec.

Arrêt d’agir

Un enfant turbulent se déchaîne dans une classe. On videra la classe plutôt que de maîtriser le petit être violent avec une force calme, ce que, dans le jargon juridique, on appelle un arrêt d’agir. Une loi canadienne interdit un tel acte à toute personne en situation de responsabilité face à un enfant. Dans le chapitre 5 de son livre en devenir, Réflexion d’un pédopsychiatre sur la pratique de la pédopsychiatrie, le docteur Jacques Thivierge, conteste cette loi. Dans bien des cas, dit-il en substance, le risque d’une fermeté sage est préférable à celui d’une médication à vie.

Le don par omission

On peut donner aux autres la chose la plus précieuse, la paix, en s’abstenant de semer l’angoisse inutilement. La nouvelle norme pour la tension artérielle (danger au-delà de 130) a fait bondir ma propre tension, dit le docteur Gilbert Welch dans un article récent du New York Times. L’étude justifiant cette décision fait état d’une diminution de 25 % du risque. Il s’agit d’une supercherie statistique. En réalité, il y eut 8 % d’accidents dans un groupe (140 et moins) et 6% dans l’autre (120 et moins.). Est-ce suffisant pour plonger des millions d’entre nous dans une angoisse plus délétère peut-être que le mal présumé? Cette forme sous-estimée de don nous a été signalée par Pierre Biron, l’auteur de l'Alter dictionnaire médico-pharmaceutique.

Le sexe des mots, par Jean-François Revel

Une réflexion d’hier pour aujourd’hui. « Byzance tomba aux mains des Turcs tout en discutant du sexe des anges. Le français achèvera de se décomposer dans l’illettrisme pendant que nous discuterons du sexe des mots.»

Prix 2017 de l'Académie de  la Carpette anglaise

Chaque année, en décembre, le jury de l'Académie de la Carpette anglaise se réunit chez Lipp à Paris, pour décerner ses prix aux membres de l'élite qui se sont le plus distingués par leur usage de la langue anglaise en terre française. Cette année le premier prix a été accordé à Mme Anne Hidalgo,

Les Samedis de l'Agora: un bon début, par Jacques Dufresne

 

Des voeux et du sacrifice

Des vœux aux projets, par Jacques Dufresne

Si éloignés soient-ils du sacré, les vœux nous rappellent que nous ne sommes pas seuls dans l’univers et nous prédisposent à cet abandon qui est au cœur des plus grandes joies. Et on peut présumer que s’ils sont bien sentis, ils sont aussi efficaces, leur efficacité consistant à renforcer cet aimant mystérieux au centre de notre être qui contribue à unifier dans la bonne direction les forces agissant sur nous à notre insu.

Voeux aux hommes et aux femmes, par Jacques Dufresne

La compassion pour les discriminés doit demeurer compatible avec l’admiration des modèles.

Le Don de soi… Un voeu pour aujourd’hui, par Jean-Pierre Bonhomme

Comment la rencontre,  au cours des années 70, d’une jeune religieuse québécoise, au milieu d’un village de Noirs pauvres, a bouleversé la vie de touristes venus se reposer sur les plages de Carthagène en Colombie.

De la disparition du sacrifice, par Stéphane Stapinsky

S'il est un mot décrié aujourd'hui, c'est bien celui de sacrifice. Il est vrai que nous sommes les héritiers d’une notion bien pervertie du sacrifice. Heureusement, si le mot lui-même est devenu péjoratif, la réalité qu'il décrit n'a pas complètement disparu même si elle s'est transformée et se dissimule derrière des vocables plus « positifs ». Mais la dévaluation du terme «sacrifice» et l’incompréhension qui touche une partie de la réalité qu’il recouvrait autrefois pose néanmoins certains problèmes. En effet, une culture qui tend à faire disparaître une notion comme celle de sacrifice de l'horizon de la pensée, de l'horizon de ses « valeurs », ne perd-elle pas quelque chose d’important? Lorsque la notion de sacrifice ne peut plus être comprise pour ce qu’elle est, lorsqu'elle n'est plus vue comme légitime en elle-même, comment devient-il possible de saisir le sens de la vie de ceux qui nous ont devancés? 

Art

La crise de l'art contemporain : de l'inesthétique à une nouvelle éthique?, par Jean-Jacques Wunenburger

Par delà les tribalismes qui reconduisent à la tour de Babel, et le cosmopolitisme abstrait d'une raison finalement négatrice des différences, l'art est le seul medium qui permet à l'homme de reconnaître dans tout autre un semblable, car en portant leur regard sur une oeuvre, tous finissent par regarder dans la même direction, en toute liberté.

Le carré vide de l'art contemporain, par Marc Chevrier

Dans The Square (Le carré), son dernier film (Palme d'Or à Cannes en 2016), le cinéaste suédois Ruben Östlund désinstalle l'art contemporain avec la fougue d'un viking : «Conservateur dans un musée chic d’art contemporain à Stockholm, le personnage principal, Christian arbore une calme assurance ; bien fait de sa personne, à la chevelure lissée à souhait, éduqué, branché, ouvert, mais un peu fat, il a l’allure de l’emploi. De ses manières onctueuses et de ses phrases habiles, il sait parler aux médias, maniant aussi bien le langage ampoulé que la fausse familiarité, afin de vendre au public de pseudo-œuvres d’art, aussi vides les unes que les autres, tels ces petits monticules de gravats dont les cônes uniformes trônent dans une salle où une affiche clame aux visiteurs : « You have nothing », vous n’avez rien

Le don de soi par l’art et par la science, par Andrée Mathieu

En science, on apprend aux étudiants à ne pas prendre de risques et à ne pas faire d’erreurs, ce qui ne les prépare pas à être originaux ou à penser différemment. Marten Scheffer considère que ce n’est pas en étudiant plus fort qu’ils deviendront plus créatifs, mais en pratiquant des activités non scientifiques. Le chercheur hollandais affirme qu’il serait privé de son inspiration scientifique si on lui enlevait sa musique.

Une nouvelle chronique de Nicole Esterolle sur l'art contemporain

Nous vous avons déjà parlé de Nicole Esterolle, une personnalité du secteur français des arts qui se cache derrière un pseudonyme afin d'animer un blogue proposant une critique radicale de l'art contemporain. La dernière livraison (no 76) de«La Chronique de Nicole Esterolle» ent tout juste de paraître. L'auteur y fait d'abord découvrir 120 nouveaux artistes, authentiques, originaux, méconnus et même pas du tout connus, qui échappent en tout cas au grand cirque de l'art officiel contemporain. L'essentiel du contenu de cette parution est toutefois consacré à relever, avec férocité et humour, la bouffonnerie de l'art «officiel» de notre époque. Éclairs d'intelligence et fous rires garantis!

Don

La logique du don, par Jacques T. Godbout

Le don s’oppose au contrat, où on essaie de tout prévoir; dans le don, au contraire on libère l’autre de ses obligations contractuelles.

La gratuité sur Internet, de Google à l'Agora, par Jacques Dufresne

La gratuité. Celle des éditeurs milliardaires de catalogues, tel Google ou de bottins, tel Facebook et celle des créateurs mendiants de contenu, tel l’Agora. Ces petits ont tout de même une raison d’être : offrir une vision du monde, des critères pour étager le savoir étalé sur les sites mondiaux et neutres.

Richesse, misère et pauvreté dans le cinéma de Frank Borzage, par Jean Philippe Costes

Des siècles de sermons et de prêches ont été impuissants à vaincre deux convictions ancestrales : seul le Nanti est enviable ; l’Impécunieux est toujours à plaindre parce qu’il porte, sur son front, le sceau infamant de la Misère. La principale richesse du Cinéma de Frank Borzage est d’avoir contesté, avec talent, constance et rigueur, ces idées reçues que les faiblesses de l’esprit humain ont changées en paroles d’évangiles. Le réalisateur américain n’a eu de cesse d’être l’apôtre des petits.

Philanthropie

Dossier Philanthropie (Encyclopédie de l'Agora)

Un dossier qui vient d'être substantiellement enrichi. 

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » en privé, sans le crier sur les toits, car si tu en tires gloire, tu amputes ton amour de sa gratuité et tu l’appauvris ainsi. Telle est la charité chrétienne. La philanthropie, qui s’est développée dans son sillage, souvent en s’opposant à elle, est plutôt l’amour public et laïc du lointain, si l’on entend par ce mot les membres anonymes de l’humanité. On a dit que la charité se limite à remédier aux effets immédiats de la pauvreté chez tel ou tel individu, tandis que la philanthropie s’attaque aux causes de la pauvreté, de préférence en apportant un soutien durable à des institutions de bienfaisance.

La libéralité des Anciens et la pingrerie des Modernes, par Marc Chevrier

Les Anciens ne connaissaient ni le bien-être social, ni l’impôt sur le revenu, ni les cartes de crédit, ni les droits de l’Homme. Mais ils donnaient sans mesure, avec un sens de la fête et de la réjouissance publique que nous pouvons leur envier. Nous les Modernes, nous sommes pingres, et c’est là le paradoxe de notre époque, par efficacité et par justice. Nous avons le don triste et terne, presque honteux, rarement splendide. S’il fallait écrire l’équivalent de Le pain et le cirque pour notre époque, cet ouvrage s’intitulerait: Le vidéo et la bourse.

La philanthropie en français au Québec : une histoire à redécouvrir, par Lucia Ferretti

L’auteure, historienne, professeure au Département des sciences humaines de l'Université du Québec à Trois-Rivières, «présente un panorama général de l’histoire de la philanthropie en français au Québec depuis l’époque de la Nouvelle-France. Elle veut mettre en valeur ce qui en fait la spécificité: l’implication ancienne et durable de l’Église catholique puis de l’État dans l’organisation de la redistribution de la richesse collective. Il en résulte une tradition de solidarité collective et publique plus vigoureuse au Québec que dans d’autres parties de l’Amérique du Nord, avec pour résultat que la société québécoise, marquée elle aussi à diverses époques par l’accroissement des inégalités sociales, a malgré tout fait souvent meilleure figure qu’ailleurs sous ce rapport. C’est le cas notamment de nos jours. Il faut donc cesser de considérer le Québec comme une société moins philanthrope que celles qui l’entourent et analyser plutôt ce qui fait sa spécificité.» (format PDF)

La philanthropie basée sur les compétences (BBC)

Selon une étude menée en partenariat par OZY et la Banque CPMorgan Chase & Co,  la philanthropie des grandes entreprises ne consiste plus seulement à signer des chèques, mais aussi et de plus en plus à libérer des employés normalement rémunérés pour accomplir des tâches dans leur champ de compétence. Cela équivaut pour eux à pratiquer l’équivalent de la médecine de guerre. Dans les ONG, on peut rarement prendre appui sur une stratégie élaborée. On doit apprendre à vivre dans l’imprévu, ce qui suppose qu’on apprenne aussi à établir des liens avec des inconnus. Ces employés détachés reviennent ainsi dans leur entreprise d’origine avec un nouveau savoir-faire. Tout ce passe comme si on leur avait offert une formation continue impossible, supérieure à celle à laquelle on peut avoir accès dans les universités.

Livres

Jacques Ellul et Bernard Charbonneau, deux libertaires unis par une pensée commune, par Bernard Maugiron (article publié sur le site de la revue Le Comptoir)

Nous avons sur nos sites largement contribué à faire connaître dans le monde francophone Jacques Ellul et Bernard Chardonneau, deux amis bordelais qui ont à la fois approfondi et radicalisé la réflexion critique sur la technique et l’écologie politique. Nous sommes heureux de signaler la parution d’un livre de Bernard Maugiron sur ces deux auteurs, dont l’influence ne cesse de croître, comme on peul le constater sur le site Pièces et main d’œuvre.

Yves Allaire, le poète qui chemine, par Hélène Laberge

À propos de son dernier recueil : Égarer les ombres

Germaine de Staël et George Sand, les parcours de deux femmes d’exception, dernier livre de Renée Joyal

Nous vous invitons à une rencontre qui aura lieu au printemps 2018,  pour discuter de ce livre dans le cadre des Samedis de l’Agora à une date qui sera précisée en consultation avec les éventuels participants qui auront déjà lu le livre ou pris l’engagement de le lire. Il a paru aux Éditions Del Busso.

Nouvelle parution : Benoît Lacroix: un dominicain dans le siècle, par Guy Laperrière (Médiaspaul, novembre 2017)

Fin novembre avait lieu le lancement de la première biographie consacrée au père Lacroix, décédé en 2016 à l’âge de 100 ans. L’auteur, qui a très bien connu le dominicain, a été professeur au Département d’histoire de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Sherbrooke de 1972 jusqu’à sa retraite en 2011. Il « déroule, dans cette biographie extrêmement documentée, la vie fascinante de cette figure marquante de la culture québécoise à la fois spirituelle, philosophique et littéraire qui a marqué notre époque, non pas seulement par son extrême longévité mais surtout par sa soif constante de participer aux grandes mutations humaines et sociales que le XXe et le début du XXIe siècles ont traversées. Benoît Lacroix laisse une œuvre d’une grande richesse qui ne cessera d’être explorée par les générations futures. » (présentation de l’éditeur). Guy Laperrière avait déjà écrit, il y a une vingtaine d’années, un article évoquant les principales facettes de la vie et de la carrière du père Lacroix. On peut en lire de larges extraits dans le dossier Benoît Lacroix de l’Encyclopédie.

Les îlots de l'Agora

Ilot Louis Valcke, par Stéphane Stapinsky

Consacré à ce grand spécialiste de la philosophie de la Renaissance et en particulier de la pensée de l'humaniste Pic de la Mirandole : de nouveaux documents y sont ajoutés régulièrement.

Ilot Lucien Vachon, par Stéphane Stapinsky

Cet îlot traite de la carrière et des idées d'une figure marquante de notre vie intellectuelle. Il s'agit de Lucien Vachon, théologien réputé, premier doyen de la Faculté de théologie de l'Université de Sherbrooke, qu'il a dirigée durant plus de vingt ans. Du contenu y est ajouté en permanence.

 

Appel aux dons

Nos objectifs

Le souhait de la plupart de nos donateurs est d’assurer la durée et le progrès de notre œuvre. C’est aussi le premier but de la Société des amis de l’Encyclopédie de l’Agora. Regret souvent entendu : trop d’initiatives heureuses restent sans lendemains au Québec.

Grâce à des dons généreux de la dernière heure nous avons dépassé notre objectif de l’an dernier. Il était de 20,000 $, il sera de 25,000 $ cette année. Les besoins croissent encore plus vite.

1) L’Encyclopédie de l’Agora et les divers sites qui s’y rattachent demeurent l’essentiel de l’oeuvre. Des mises à jour s’imposent.
2) La nouvelle Lettre de l’Agora exigera plus de travail
3) Nos vacances furent longues cette année. Nous avons pu jeter les bases d’un important colloque. Nous espérons en tirer des revenus, mais il nous faut d’abord en assurer le démarrage.

 ____________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada